Publié dans autisme, organisation, structuration

L’écran, du renfo au tyran … partie 1: les crises

Bonsoir,

Ce soir, je vous écris de mon écran pour vous donner des pistes que j’ai explorées pour gérer… les écrans  (dixit la madame qui vénère son téléphone! Bouh!).

On va donc  parler en plusieurs articles  de:

 

Pourquoi donc une série d’articles sur les écrans? Parce que pour mon loupiot (entre autres), cela nécessite vraiment une gestion minutieuse  puisque l’écran est très envahissant émotionnellement, physiquement, et est un intérêt restreint ultime.

La bonne nouvelle, c’est que du coup: c’est LE renforçateur ULTIME extrêmement puissant!

Allez hop! C’est parti!

 

  • Crises liées à l’écran:

kam-hameha

Ton enfant pète un câble quand il doit éteindre un écran et serait prêt à traverser le pays sans manger pendant 15 jours pour continuer à jouer à son jeu ? 

Voici quelques pistes de structuration temporelle à explorer en plusieurs mois pour retrouver ta zénitude (et trouver la sienne). Elles sont bien sûr à adapter en fonction des profils et modes de communication de chacun:

  1. Première étape, définir le temps de jeu à l’avance avec un timer visuel et prévenir l’enfant que le comportement attendu est de ne pas faire de crise (lui donner une solution de secours).
  2. Deuxième étape,quand la première est acquise, définir le temps de jeu à l’avance en lui demandant de mettre lui même sa montre à sonner dans X minutes.
  3. Troisième étape = 2ème étape + lui demander d’éteindre l’écran ou de rapporter la tablette de lui même quand sa montre sonne. (alias l’étape critique ambitieuse ^^)

Tout cela demande du temps et ne se fait pas sans débordements mais en vaut la peine en tenant sur le long terme d’après mes constats. Nous sommes ainsi passés de crises monumentales à l’arrêt du jeu à « je fais ma tête de lard parce que je suis frustré » voire « je suis content ». 🙂

Quand on adopte cette méthode, il est vraiment important de la poursuivre sur le long terme. C’est rassurant  et le grand méchant loup devient la montre qui sonne, non plus maman. C’est pas trop tôt!

Il faut bien entendu renforcer un maximum les comportements attendus, surtout lorsque l’on passe à l’étape de l’arrêt du jeu en autonomie!

Ici, les crises sont révolues.Nous oscillons entre l’étape 2 et l’étape 3 et j’en suis ravie! Car l’ambiance est meilleure à la maison. 🙂

Nb:Une fois que la phase crise est enfin révolue, il peut être envisageable de réintégrer des créneaux sans timer,le dimanche en pyj par exemple, si l’on n’oublie pas de prévenir l’enfant un peu avant qu’il sera bientôt l’heure d’éteindre. 😉

A suivre….

Neurogeek mother’s

 

Publicités

Auteur :

Maman motivée par la force des choses. Ancienne AVS Intervenante deux heures par semaine. Passionnée. Entourée de formidables neurostars et neuromothers.

Une réaction?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s